Rencontres motards et voyageurs

Interview de Charlène, pilote moto sur le Trophée Roses des Sables 2024

Charlène, pilote moto sur le Trophée Roses des Sables édition 2024

Il y a quelques semaines, Charlène, motarde et future pilote sur le Trophée Roses des Sables édition 2024 nous a contactés pour savoir si nous étions intéressés par son profil, pour la soutenir, l’aider. Une femme, pilote, qui se prépare à effectuer un gros trip off road à moto, dans le sable, le dirt, au Maroc… On n’a pas refusé ! Ici, son interview.

1. Charlène, explique nous pourquoi tu as voulu te lancer ce défi et faire ce rallye-raid… 

J’ai peur de m’enraciner. De me réveiller un matin et d’avoir l’impression que je suis passée à côté de tout. Du coup, j’ai un accord avec moi-même : une année, un défi. Je réalise quelque chose, un projet que je repousse depuis longtemps, un rêve oublié, quelque chose que je me pense incapable de réaliser. Et j’ai un an pour réussir, je me donne les moyens, j’y consacre mon énergie.

C’est comme ça que j’ai adopté mon cheval, changé de métier, passé un BTS puis une licence, passé mon permis moto… Donc cette année, je m’offre un an pour réaliser deux rêves : aller dans le désert et faire du off-road ! Quoi de mieux que de le faire avec d’autres femmes et pour la bonne cause ?

2. Justement, parle nous du Trophée Roses des Sables : c’est quoi exactement ?

Le Trophée Roses des Sables se déroule dans le désert marocain. Alternance sable, chemin. Le tout, découpé en sept étapes dont une de nuit, durant une dizaine de jours. Ce Rallye-Raid est ouvert à toutes les femmes, pas de prérequis, et il a pour objectif de soutenir 6 associations : 

Charlène, motarde depuis quelques années
  • L’association Enfants du Désert : celle-ci se consacre à l’amélioration des conditions de vie des enfants qui vivent dans les régions désertiques. Elle met en place des programmes éducatifs, sanitaires et sociaux pour offrir un meilleur avenir à ces enfants.
  • Club des Petits déjeuners : celle-ci vise à lutter contre la précarité alimentaire des enfants en fournissant des petits déjeuners équilibrés et nutritifs dans les écoles. Son objectif est de garantir à tous les enfants un bon départ pour leur journée d’apprentissage.
  • Ruban Rose : l’association engagée dans la lutte contre le cancer du sein. Celle-ci sensibilise et informe sur la prévention, soutient les femmes atteintes de cette maladie, et collecte des fonds pour la recherche médicale.
  • La Croix-Rouge Française : organisation humanitaire qui agit en faveur des populations vulnérables en France et à l’étranger. La Croix-Rouge intervient dans les situations d’urgence, fournit une aide médicale, sociale et humanitaire, et mène des actions de prévention et de formation.
  • Jeune & Rose : celle-ci se concentre sur la sensibilisation et le soutien des jeunes femmes touchées par le cancer. L’association organise des événements, des activités et offre une plateforme d’échange pour les jeunes malades afin de les aider à surmonter les défis spécifiques liés à leur âge.
  • Fondation GOODPLANET : créée par le photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand, cette fondation a pour mission de sensibiliser le public aux enjeux environnementaux et de promouvoir des solutions durables pour préserver la planète. Elle utilise la photographie, le cinéma et l’éducation pour encourager un mode de vie plus respectueux de l’environnement.

Comment vous les soutenez exactement ?

Nous aidons ces associations en collectant avant notre départ, par exemple, des denrées alimentaires ainsi que des fournitures scolaires. Tous ces produits seront ensuite distribués sur place. En plus, les « Roses » (cf. participantes au Trophée Roses des Sables) peuvent prendre des initiatives personnelles. De mon côté, je souhaite aider à lutter contre la précarité menstruelle en distribuant des culottes de règles, ou culottes menstruelles, et d’autres protections hygiéniques. Voire former les jeunes filles à l’utilisation de ces produits. Je suis justement en discussion avec une marque qui pourrait me soutenir dans cette démarche…

3. Comment on se lance dans le Trophée Roses des Sables ? Présente nous un peu la démarche pour réaliser ce projet, s’inscrire, partir… 

Toutes les démarches sont en ligne sur le site du Rallye-Raid. Il faut savoir aussi que l’équipe est très accessible, facilement joignable et répond à toutes nos interrogations… Ici, je ne peux que vous parler des motardes (je ne me suis pas renseignée pour les autres catégories).

Côté budget, si on prend tout en compte (inscription, frais divers, moto, préparation), il faut compter environ 12 000 €. Montant variable en fonction de la moto et de l’équipement. Pour ma part, je ne possède rien ! Je me suis donc fixée un objectif de 12 000 € pour tout payer. Le nombre de sponsors est libre, donc j’espère atteindre ce montant avec 6 à 10 entreprises maxi. Mon objectif est de leur apporter une belle visibilité et de les tenir au courant de l’avancée du projet. S’ils sont trop nombreux, j’ai peur de perdre en qualité, et ce n’est pas mon but… Je veux que cette aventure profite à tout le monde.

A ce propos, si quelqu’un derrière son écran souhaite me soutenir dans cette aventure : je suis à l’écoute de toute proposition 😉 (on peut vous donner le contact de Charlène).

L’Atelier Velch m’offre déjà la possibilité de l’accompagner sur des évènements moto incontournables comme le Bol d’Or, le Salon du deux-roues à Lyon, etc. Je vais donc pouvoir offrir une grande visibilité à mes sponsors.

4. Pourquoi le faire en moto ? C’est quoi ton expérience de la bécane ?

J’ai passé mon permis à pratiquement 30 ans, après des années à me trouver des excuses. Depuis ? Je roule avec ma Z650 quelle que soit la météo. Je suis heureuse et fière d’être motarde. Mes élèves* adorent voir une enseignante arriver avec une moto… J’aime partager avec les gens ma passion et donner la motivation aux femmes de passer leur permis, d’apprendre la mécanique, quel que soit leur âge ! 

5. Est-ce que tu t’es préparée (physiquement, pilotage) au Trophée ?  

J’ai encore un an pour me préparer, l’édition 2024 aura lieu du 15 au 27 Octobre 2024. Mais, pour être honnête, je me suis déjà perdue avec le GPS, donc me repérer à la boussole et dans le désert… Je ne vais peut-être jamais atteindre le bivouac !

J’ai une coach sportive, un coach en pilotage et un coach en mécanique qui me donne des cours en mécanique et va m’aider à préparer ma moto… Il s’agit d’un préparateur et motoriste équipé pour faire des passages au banc et des cartographies. Et j’espère pouvoir préparer ma moto afin qu’elle consomme le moins possible.

Parlant moto, je n’ai pas encore achetée celle qui me permettra de vivre cette grande aventure. C’est un choix important, et qui pèse dans le budget (autant à l’achat, qu’à l’entretien, la préparation, l’achat de pièces). Mais je pense me diriger vers une Honda Transalp post 1997. Il faudra prévoir un réservoir additionnel, adapter les cales-pieds, ajouter un sabot moteur, des crash bars… Et sûrement faire d’autres modifications ! Même si j’ai déjà fait de longs trajets avec ma moto, pour aller de Bordeaux jusqu’au Circuit Paul Ricard par exemple, je n’ai jamais fait de off-road… Donc il va falloir prévoir d’autres ajustements.

portrait de Charlène, pilote sur le Trophée Roses des Sables

6. Comment tu te sens à l’approche de cette grande épreuve ? 

Je suis heureuse. Je suis fière de moi. Franchement, je me vois déjà à 80 ans raconter mes aventures à mes petits enfants. J’espère surtout que je vais rencontrer beaucoup de gens (sur les événements et lors de la course), et que je vais pouvoir leur communiquer ma passion !

*Pour la petite présentation

« Je m’appelle Charlène, j’ai 30 ans, je suis originaire de Perpignan, et après de nombreux déménagements, je me suis installée il y a 2 ans à Bordeaux. J’y suis allée pour le travail et pour la beauté de la ville, après une reconversion professionnelle. J’ai arrêté les études après le BAC, le classique “les études c’est pas pour moi !”. J’ai travaillé dans la restauration pendant plusieurs années comme responsable de salle. J’avais très envie d’avoir mon propre restaurant, comme mes parents et mes grands-parents, j’ai donc ouvert une cave à manger (bar à vin et tapas) à Toulouse mais après 10 mois, la pandémie m’a fait fermer…

J’ai choisi de « profiter » du confinement pour passer un BTS de Management en VAE. Et j’ai enchaîné avec une formation pour devenir formatrice pour adultes. Je suis actuellement enseignante en sciences appliquées, et je continue en même temps mes études, je prends en effet des cours à distance pour obtenir une licence en Sciences de l’éducation. Il faut dire que je me suis prise de passion pour ce métier… L’objectif final ? Le concours de l’Education nationale. Je souhaite enseigner en collège REP+ auprès de SEGPA. Côté passions… La moto, bien évidemment, les super héros (je suis fan de Batman) et mes animaux (deux chiens et un cheval). Pour en savoir plus, je vous invite à suivre mes aventures sur Instagram. »

N’hésitez pas à suivre et soutenir Charlène, véritable super woman, dans cette aventure !

rallye raid Trophée Roses des Sables

Vous devriez aussi aimer

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire