Amérique du Nord Récits de Voyage

Road trip jusque Horseshoe Bend (Arizona) : pourquoi a-t-on adoré ?

Vue sur Horseshoe Bend en Arizona

En octobre 2021, on partait pour le Sud de l’Utah / Nord de l’Arizona, une boucle de 2 600 kilomètres pour parcourir les parcs et canyons de la région. Zion, Bryce Canyon, Glen Canyon, Lac Powell et Las Vegas. Clairement, on en a pris plein les yeux. Mais ce qu’on a préféré : aller jusqu’à Horseshoe Bend en moto, et la descente du Colorado. Un spot très accessible, en Arizona, situé au pied du Lake Powell.

Welcome to Arizona

Horseshoe Bend, littéralement la courbe du fer à cheval, est assez mythique. Pour preuve : il figure sur pas mal de panneaux à l’entrée de l’Etat d’Arizona. L’avantage, c’est que malgré ça, il reste facile d’accès et gratuit (seul le parking est payant – toutes les infos plus bas). En même temps, certains diront qu’il ne s’agit que d’une vue, mais quelle vue ! Canyon aux couleurs ocres, Colorado vert émeraude, végétation vert sapin, coucher du soleil rose violet (typique d’Arizona). Le spectacle en vaut clairement la peine si vous visitez la région de Page ou si vous naviguez sur le lac Powell.

entrée de l'Arizona au niveau du Lac Powell

Accéder à Horseshoe Bend

Déjà pour arriver jusqu’à Horseshoe Bend, vous pouvez entamer un plus long road trip jusqu’en Utah (vous trouverez toutes les infos nécessaires dans notre article)…

Ensuite, à 8 kilomètres au sud de Page, vous pouvez stationner sur le parking d’Horseshoe Bend. C’est $10 par véhicule, $5 pour la moto. De là, vous accédez à un petit sentier qui vous emmène au spot mythique. 15 minutes de marche environ, c’est relativement simple et faisable quelle que soit votre condition physique (2,4 km aller / retour).

Par contre, l’Arizona en plein été et en pleine journée : n’oubliez pas l’eau. Nous y sommes allés en fin d’été et en fin de journée, pour le coucher du soleil, et je pense sincèrement que c’est le meilleur moment. Attention, s’il fait super chaud en été, il fait au contraire plutôt frais l’hiver. Allez-y à la demi-saison.

Après cette petite marche rapide, vous arrivez au spot tant attendu. Avantage et inconvénient : le lieu est hyper préservé, il y a très peu de barrières (juste une devant le spot de photo principal). Du coup, si vous avez le vertige, c’est assez éprouvant comme visite. Surtout quand ceux qui n’ont peur de rien sautent et virevoltent sur la falaise pour faire la meilleure photo. En prenant un peu de recul, tout se passe bien.

Pour les plus curieux : le Colorado s’écoule à 320 mètres plus bas. Horseshoe Bend est un des spots les plus vertigineux, et les plus hauts du canyon.

Alors, à la fameuse question : pourquoi l’avons-nous préféré ? La vue est spectaculaire, le lieu est unique, les couleurs sont incroyables. C’est très accessible, pas besoin de permis ni de faire un trek de plusieurs heures. Il y a un peu de monde (normal), mais ce n’est pas blindé, et vous pouvez trouver des spots relativement paisibles… pour mieux profiter du paysage. Le fer à cheval fait environ 800 m de largeur, ça fait de la place pour trouver un coin tranquille. Une fois loin de l’agitation et des selfies où tu joues ta vie, il y a un côté assez apaisant.

La descente du Colorado

Ça, c’est le petit plus. Dernier jour de vacances, nous avons décidé de descendre une partie du Colorado en kayak et paddle. Entre autres : la portion du Horseshoe Bend, vue du haut la veille au soir. Une descente onéreuse (environ $130/personne) mais l’expérience d’une vie. Pour les infos pratiques :

  • Plusieurs distances sont possibles. La portion réalisable du Colorado fait 10 miles (du barrage de Page jusqu’aux premiers sérieux rapides).
  • Le bateau-navette vous emmène d’abord jusqu’au barrage, un tour de bateau époustouflant soit dit en passant, d’une quarantaine de minutes. Il vous dépose ensuite avec votre équipement au barrage, ou aux points 9, 6 ou 3 miles (14, 10 ou 5 kilomètres) en fonction de votre volonté de découverte des rives et de vos capacités de rameur.
  • Le courant s’écoule à 3 miles par heure au centre mais en fonction de votre position sur le fleuve, cela peut varier énormément. Ce dernier fait tout de même 200 mètres de largeur… Du coup, il faudra quand même ramer les amis ! Par exemple, nous avons mis environ 6 heures pour descendre le 6 miles, en le prenant plutôt cool et en s’arrêtant régulièrement.
  • Vous pouvez décider de dormir dans le canyon moyennant des frais supplémentaires. Un camping sauvage qui plus est, il faut donc s’équiper et s’approvisionner en conséquence.
  • Si vous êtes intéressés : rendez-vous à la rampe de bateau Lee’s ferry dans la Glen Canyon National Recreation area.
  • La zone est très préservée (raison aussi de son prix un peu prohibitif) et c’est ce qui fait son charme. Vous pouvez obtenir un permis de pêche pour la journée et le fleuve est littéralement farci de truites arc-en-ciel sauvages…
vue depuis le Colorado au niveau de Horseshoe Bend en Arizona

Bien évidemment on recommande la descente du Colorado au pied du mythique Horseshoe Bend, c’est une journée mémorable, qui s’intègre totalement dans un trip en Arizona ou dans l’Utah. Et n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions !

Vous devriez aussi aimer

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire