Pilotage

Trail en duo : quelles positions adopter ? (article à 4 mains)

position moto trail en duo

Lors d’un rallye en Californie, un mec, bière à la main et l’air nonchalant est venu m’aborder : il voulait savoir comment moi, “sac de sable” ou pillion en anglais, gérais derrière mon coéquipier lorsque nous passions en mode off road. Comment gérions-nous le trail en duo ? Après lui avoir répondu, on a décidé de vous répondre ici et à deux pour vous aider à rester sur les rails ou plutôt sur les trails, et optimiser votre pilotage avec un passager moto.

Trail en duo : debout ou assis ?

La première question souvent posée, c’est de savoir si nous sommes tous les deux debout, assis, l’un debout et l’autre assis ? En fait, tout dépend du terrain (type et état) et tout dépend du duo ! De notre côté, nous préférons majoritairement et le plus souvent être tous les deux debout… Mais ce n’est pas la position officielle obligatoire : le ressenti peut être totalement différent pour un autre duo. Cela dit, il y a plusieurs avantages à se lever sur les pistes.

position moto trail en duo

Les avantages à être debout sur les pistes

C’est vrai que de prime abord, cette position debout à deux sur une moto peut paraître étrange, limite dangereuse. Mais après quelques virées off road, elle se fait de plus en plus naturelle, presque agréable. Vous allez voir que vous allez même finir par vous ennuyer en revenant en position assise…

1. Meilleur champ de vision

Premier avantage à cette position, c’est qu’elle permet d’agrandir et d’améliorer son champ de vision, voir mieux et plus loin. Debout, le pilote est capable de détecter ce rocher vicieux en plein sur la trace, cette racine en diagonale de notre ligne ou encore, cette subtile portion de sable ou de boue à laquelle il faut se préparer.

Ce large champ de vision permet d’anticiper le terrain pour à la fois adapter sa vitesse et sa trajectoire, et s’assurer d’obtenir une traction suffisante tout au long de cette virée off road. Bien sûr, ce point ne s’applique (malheureusement) qu’au conducteur. Le passager lui pourra surtout profiter d’une vision rapprochée… du casque de son coéquipier (choisissez de préférence un beau casque comme ici sur Motoblouz).

Moto Trail à deux

2. Abaissement du centre de gravité

Autre avantage à cette position debout, c’est qu’elle permet d’abaisser le centre de gravité. Et là, cela s’applique aussi bien au conducteur qu’au passager.

Sur le bitume, la traction n’est pas un souci, une fois off road, c’est notre principale préoccupation. En se levant, on abaisse le centre de gravité du combo pilote/passager/moto. Nos poids ne sont plus supportés par la selle en position haute mais par les cale-pieds, en position plus basse. Ainsi on optimise aussi la traction.

3. Augmentation de la mobilité

Enfin, cette position permet d’augmenter notre mobilité. Et être mobile sur les trails, c’est essentiel. Il s’agit de se faire très léger, et d’accompagner notre engin dans les terrains difficiles en répartissant nos masses de manière précise pour assurer une zone de contact maximale entre la gomme et le terrain.

Etre mobile en temps que pilote, c’est une chose, être mobile en tant que passager en est une autre. Voyons ce qu’en pense Mathilde…

2up One Month One Ride

Comment ça se traduit du côté du passager ?

Si le pilote sait de base comment se positionner et manœuvrer sa moto, ce n’est pas forcément le cas du passager. Et trouver sa bonne position à l’arrière ne se fait pas toujours naturellement. En termes de confort, soyons honnêtes : debout ou assis, il n’y a pas vraiment de différence sur les trails. La différence se fera plutôt pour le pilote, et comment lui ressentira votre présence sur la moto.

Lors d’un trail en duo, le plus important est de 1. suivre le pilote et de 2. se faire le plus léger possible. L’idée est de le suivre dans tous ses mouvements pour ne faire “qu’un” sur la moto tout en ne l’encombrant pas (trop) de votre poids. Voyez cela comme une danse : qu’un seul être à gérer, qu’un seul poids à manœuvrer.

Le comportement idéal à adopter à l’arrière

Tout cela se traduit par… se laisser guider, tout simplement. En termes de position, il faudra forcer légèrement sur les cuisses pour être en position de “chaise”, gainée, et serrer les genoux contre la selle dès qu’on le peut pour ne pas laisser aller son poids sur le pilote. Dans tous les cas, rester souple et léger sur tous types de terrain.

Après comme on le disait, cela peut dépendre aussi du terrain. Sur un sol rocailleux, assis derrière, c’est le meilleur moyen d’être ballotté dans tous les coins et du coup, déséquilibrer le pilote. Se lever (bien qu’hyper physique, soyons d’accord) permettra de gagner en stabilité. Dans le sable par contre, vous pouvez vous permettre de rester assis. Au contraire, cela apporte plus de légèreté à l’avant de la moto, ce qui permet au pilote de manœuvrer sans grande difficulté.

moto trail à deux

Trail en duo : une histoire de coordination, en montée comme en descente

Quand on parle de suivre les mouvements du pilote, c’est aussi et surtout en descente et en montée. Car sur ligne droite, à priori, il suffit de rester droit : debout et léger. En montée, il est mieux de rester debout et de légèrement pencher le haut du corps vers l’avant. Pas de grand changement avec une position droite si ce n’est un léger basculement du haut du corps. Vous verrez cela dit que la position peut vite être fatigante en montée car le pilote aura tendance à se pencher lui aussi (et donc, vous encore plus, autour du corps du pilote… en mode gainage et position de la chaise extrême).

En descente, au contraire, il faut éviter de se pencher trop en avant pour ne pas se laisser aller sur son partenaire. C’est ce que Mathilde faisait au début alors que Max ne disait rien… Mais nous nous sommes rapidement rendus compte que ce n’était pas l’idéal pour le pilote, qui devait alors gérer à la fois son poids, le poids du passager, et manœuvrer sa monture. Du coup, à l’arrière et en descente, la meilleure position est, debout, selle bloquée entre ses genoux dans une position bien droite voire légèrement en arrière… pour laisser plus de liberté au conducteur.

Au passage, si votre moto est dotée d’ABS, vous pouvez envisager de le désactiver (via interrupteur ABS) en descente pour avoir la possibilité de bloquer la roue arrière. Au cas où le poids des deux riders associé à la pente provoque une avalanche incontrôlable de moto.

moto trail à deux ©OneMonth OneRide

La communication est essentielle !

Comme on le disait, généralement le passager ne voit pas grand chose de ce qu’il se passe sur la route. S’il peut profiter des paysages alentours, il ne voit rien ou très peu de la route de devant. Ainsi pour tout ce qui est changement de position : en mode trail debout, lorsqu’il y a du mouvement sur la route (type bosse ou trou), lorsqu’on monte légèrement ou que l’on descend, la communication est essentielle. Grâce à l’utilisation d’intercom (dispo ici sur Motoblouz), cela va de soi (ou en criant très fort). Communiquer permet au passager de se préparer aux bosses ou trous, ne pas se laisser emporter, et adapter sa position en fonction du terrain.

Pour les pilotes, une expérience profitable serait peut-être d’aller faire un petit tour en off road en tant que passager… Cela vous permettra de vous rendre compte de toute la confiance que le passager vous donne. Aussi et s’il s’agit d’une première, nous pensons important que le pilote donne quelques consignes de base à son passager. Notamment, et si vous êtes habitués à rouler ensemble, le pilote devra bien expliquer à son passager que pour le coup, en off road, il ne faut pas se pencher dans les virages… Mais juste orienter son bassin d’un côté ou de l’autre. Encore une fois, les intercoms peuvent être utiles pour peaufiner votre technique à mesure de vos sorties. Ils peuvent l’être aussi pour féliciter votre partenaire après un passage technique, le gronder quand il ne se comporte pas bien à l’arrière, ou pour tout simplement lui donner des points d’amélioration.

Un message de paix pour terminer

Enfin, n’oubliez pas que voyager à deux est une merveilleuse expérience qui renforcera vos liens en tant que coéquipiers, que vous soyez mari et femme ou simplement amis. Faire un trail en duo, ce n’est pas tout rose, et il peut y avoir des moments de fatigue d’un côté comme de l’autre. Il faut être indulgent, et se respecter l’un l’autre.

Puis en cas de pépin, vous constaterez vite qu’avoir un cerveau et une paire de bras supplémentaires (même petits), c’est toujours mieux ! En fait, en tant que pilote, je ne pense pas à des situations dans lesquelles j’aurais préféré être tout seul. Et pour rien au monde je ne changerais de coéquipier. Si vraiment le terrain se fait rude ou si vous pensez mettre en danger votre passager, demandez-lui simplement de descendre. S’il est doué en photographie, il pourra même en profiter pour immortaliser votre succès… ou votre chute.

Vous devriez aussi aimer

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire