Destinations & Itinéraires

Les plus beaux parcs en Californie (nationaux ou non)

La Californie est pour beaucoup une destination phare des Etats-Unis. Pour Los Angeles, et sa parfaite image de la ville californienne, l’effervescence de San Francisco et Palo Alto, et pour ses parcs nationaux. Faut dire que la Californie est l’état qui regroupe le plus grand nombre de parcs, avec 9 parcs nationaux au compteur, et bien d’autres parcs (non nationaux) à découvrir. On vous a fait ici notre sélection des parcs en Californie, et on vous donne quelques petits conseils pour bien profiter de votre visite.

On aime faire un classement des parcs de Californie à chaque fois que l’on en revient. Le classement de ceux qui nous plaisent le plus. Il faut dire aussi que la région en compte pas mal, très diversifiés et pas loin les uns des autres. Pour info, vous verrez rapidement que nous nous sommes concentrés sur les parcs en Californie Sud, autrement dit entre la frontière mexicaine et San Francisco. Au-dessus de San Francisco, il y a d’autres parcs comme Redwood, assez connu, ou le parc national de Lassen mais nous ne les avons pas encore visités. Affaire à suivre du coup !

1. Sequoia et Kings Canyon

L’immensité de chacun, Sequoia et Kings Canyon, et la proximité des deux littéralement collés permettent à ces parcs nationaux de prendre la tête du classement. Certains diront qu’il ne s’agit pas des plus beaux, des plus “waouh“. Mais il s’agit surtout des plus vastes, diversifiés, les plus simples d’accès, les plus agréables et parmi les moins touristiques. Yosemite dont on parle juste en-dessous, magnifique soyons honnête, est certainement le plus connu. Alors sans surprise : on n’y est jamais seul, et il n’est pas simple (pas du tout) d’y dormir. Dans le parc national de Sequoia au contraire, il est facile de s’y perdre, de s’éloigner, de vraiment se retrouver en tête à tête avec le parc. Attention cela dit à ne pas vous retrouver en tête à tête avec un ours (oui, le parc en compte quelques-uns).

Il est aussi relativement simple de dormir à Sequoia ou Kings Canyon. D’abord parce que les campgrounds ne sont pas surchargés et aussi, car il est possible de faire du dispersed camping (dans des zones identifiées). Soit du camping sauvage. Nous l’avons tenté, et il est très simple de trouver à la fois un endroit un peu isolé et où il y a quelques personnes à proximité. Alors non, vous n’aurez ni douche ni toilettes. Mais l’avantage de Sequoia / Kings Canyon, c’est qu’on y trouve plusieurs rivières où se baigner… Concernant les campgrounds, j’ai déjà testé le Lodgepole et je dois dire que c’était top. Au bord de la rivière, bons spots ombragés, avec des biches qui viennent vous rendre visite et des casiers au cas où les ours aient la même idée. Je recommande.

Qu’est-ce que vous pouvez faire là-bas ?

Honnêtement, il y a pas mal de choses à voir et à faire entre Sequoia et Kings Canyon. Que ce soit en moto (trails ou touring), à pieds (de nombreuses randonnées) ou en maillot de bain. Il y a pas mal de rivières et points d’eau où vous pourrez vous baigner, et quelques lacs dont le Hume Lake où nous nous sommes baignés. La grandeur des deux parcs les rend très divertissants.

Encore une fois, beaucoup diront que ce ne sont pas les plus beaux… Pour moi, entre la grandeur des lieux, l’odeur des Sequoia, la possibilité de s’y perdre, la facilité d’y loger, la diversité des activités : ils méritent haut la main la première place.

On recommande d’y aller faire un tour de mai à septembre / octobre (pour pleinement profiter des points d’eau). L’accès, et le camping, sont parfois fermés en hiver pour cause de neige. Oui, faut pas oublier que les parcs se trouvent à un poil plus de 1900 mètres d’altitude, ça caille vite. Et pour info, ils se trouvent à environ 3 h / 3 h 30 de route de LA.

2. Yosemite

Pour beaucoup, Yosemite est n°1. Une vallée entourée de grandes falaises dont le célèbre El capitan qui culmine à 900 mètres au dessus de la vallée. En bas ? Une rivière, très fraîche, quelques chutes et de nombreux sentiers. C’est vrai qu’il est plutôt impressionnant. La première fois que vous sortez du tunnel qui vous donne une vue générale sur toute la vallée et le fameux El Capitan, c’est canon. Il donne aussi la possibilité de faire plusieurs randonnées, au cœur de la vallée ou plus haut justement. Mais pour ça, il faudra s’y perdre quelques jours. Yosemite, c’est surtout une route principale en bas de la vallée qui permet d’avoir un aperçu général du parc. Et faire Yosemite sans faire cette route, c’est assez dommage.

Parc national de yosemite

Cependant, cette route est assez fréquentée, et elle vous dirige vers des stops (magnifiques, entendons-nous) qui regroupent encore une fois beaucoup de monde et photographes. Il n’est pas facile de se sentir seul au milieu de la nature à Yosemite alors que c’est justement l’avantage de tous les autres parcs en Californie cités ici. Une dernière chose : la difficulté avec laquelle vous pourrez trouver un endroit où camper. C’est ultra prisé ! Il faut s’y prendre plusieurs mois à l’avance pour avoir une place, faire la queue et réserver un jour bien précis (6 mois avant jour de campement). Bref : visiter Yosemite et dormir au cœur de la vallée, ça se mérite… et c’est ce qui lui fait perdre selon moi, de son charme. Vous pouvez cependant tout à fait visiter le parc, et dormir dans les alentours.

Bon à savoir

Au printemps, les neiges fondent… ce qui permet à toutes les cascades du parc de s’activer et la vallée, de se remplir d’eau. Clairement, c’est une très belle période pour visiter le parc, le rendu est vraiment chouette et vous avez l’impression de vivre quelque chose d’exceptionnel. Nous l’avons aussi visité en novembre, ce qui nous a permis de vivre autre chose d’exceptionnel : nous n’avons pas vu le Capitan pour cause de brouillard ! Essayez de bien choisir la période de votre visite donc.

Pour info, le parc se trouve à 4h30/5h de route de Los Angeles. Si vous avez prévu de faire une sacrée boucle, rien ne vous empêche de faire un stop à Sequoia puis de remonter sur Yosemite (c’est en effet dans la même direction).

3. Joshua Tree

Cela ne tiendrait qu’à moi (Mathilde), le parc national de Joshua Tree gagnerait la tête de ce classement. Haut la main. Car au-delà du parc, ce désert rassemble toute une atmosphère dont je ne me lasserai jamais et qui me laissera un magnifique souvenir.

Le désert, les pierres, les joshua tree, les tons blancs, verts, bleus du ciel, les coyotes au coucher du soleil, le petit village et son bar country. Il y a une atmosphère à Joshua Tree qui est très particulière, et qui lui apporte un charme fou. Alors, c’est vrai qu’il y a là aussi du monde sur la route principale pour voir les principaux points d’intérêt du parc. Mais vous pouvez très facilement vous perdre et vous isoler dans les multiples sentiers. Et ça, c’est chouette. Vous pouvez aussi grimper quelques rochers et prendre de la hauteur. Voir le parc et les joshua tree autrement.

N’oublions pas qu’il est à 2h de LA, ce qui le rend très accessible. Et vous pouvez camper au sein du parc ou dormir dans un airbnb qui sont hyper nombreux aux portes du parc. Dormir autour de Joshua Tree n’est vraiment pas compliqué. Par contre, clairement, si vous souhaitez le visiter en été : vous aurez très chaud, et si vous souhaitez le visiter en hiver, vous risquez d’avoir froid la nuit (mais vous n’êtes pas obligé de dormir à la belle étoile). Je dirais que la parfaite saison se situe entre octobre et mai/juin. Le printemps est le plus agréable. D’autant plus que le désert fleuri, et ça, c’est assez stylé.

parc national de joshua tree en californie

4. Death Valley

La Death Valley n’est pour moi pas le plus exceptionnel, car une fois que vous avez visité la Californie, les déserts de Californie et notamment le plus grand, Mojave, et ses grandes étendues alors la Death Valley n’en sera qu’un concentré. Un résumé. Pour autant, je sais que beaucoup en sont fans (Maxime par exemple). Le parc est immensément grand, et désertique. Alors c’est vrai que cela surprend, surtout pour nous, Français, qui avons l’habitude de plus petits espaces. La Vallée de la mort s’étend en effet sur +7000 km2, elle forme une longue cuvette (ou vallée hein) de 170 km de long et 30 km de large.

La Death Valley est à 3h30 / 4h de route de Los Angeles. Ceux qui viennent visiter la Cali, en profitent parfois pour faire une boucle jusque Las Vegas (à 1h30 / 2h du parc). La différence entre le désert et l’effervescence de Vegas est assez incroyable, et l’expérience unique.

road trip death valley

5. Big Sur

Bon clairement, on peut se demander ce que fait Big Sur dans cet article car 1. Nous ne l’avons pas encore visité, et 2. Il ne s’agit pas d’un parc national. Résultat, vous pouvez entrer et sortir de cette “zone” à votre guise. Cependant, il reste un lieu mythique, et j’avoue attendre le moment où nous pourrons enfin y aller avec grande impatience. Le problème de Big Sur est sa renommée, ainsi les campgrounds sont constamment blindés. Il faut s’y prendre très en avance (+ 6 mois) pour réserver une place en camping.

Pour vous expliquer rapidement (mais les détails viendront quand nous l’aurons visité) : Big Sur est en quelques sortes le prolongement de la PCH, la Highway 1 qui longe le Pacifique, avec au niveau de Big Sur des falaises au bord de l’eau à couper le souffle… paraît-il.

Comment visiter les parcs en Californie ?

Accessibilité

Les parcs nationaux sont bien sûr payants. Vous devrez payer à l’entrée du parc (généralement $30 par voiture ou $25 par moto). Vous avez également la possibilité d’acheter un pass annuel pour $80 (America The Beautiful) vous donnant accès à tous les parcs des US. Le pass est valable pour un véhicule (pour toutes les personnes à l’intérieur) et vous pouvez noter 2 noms sur le pass. Clairement, si vous envisagez de ne visiter qu’un parc ou deux, le pass n’a pas vraiment d’intérêt. Si vous avez cependant l’intention d’en visiter 3 ou + alors nous vous recommandons de prendre le pass, c’est bien plus facile et rentable.

Logement

Camper dans les parcs ? Oui, c’est possible mais si vous prévoyez de visiter la Californie entre mai et octobre, il est conseillé de réserver votre spot longtemps à l’avance. Certains parcs en Californie ouvrent aux réservations 6 mois avant la date. Tous les jours, des spots se libèrent pour 6 mois après. Certains parcs très prisés, comme le parc national de Yosemite, voient leurs spots se réserver en une journée. D’autres, tels que Sequoia, sont plus accessibles. Mais soyez tout de même prévoyant.

Nourriture et survie !

Lorsque vous avez obtenu votre spot de camping + entrée, nous vous conseillons de faire le plein, et aussi faire le plein d’eau, de nourriture (et d’alcool si vous êtes amateurs) avant d’entrée dans le parc. Certains disposent de petites boutiques, mais le choix est très limité et souvent cher.

Survie car oui, il y a des animaux. Il y a notamment des ours dans beaucoup de parcs de Californie, d’où sa présence sur le drapeau officiel californien. Résultat, dans beaucoup de campgrounds, vous trouverez des casiers pour ranger votre nourriture. Si vous dormez à la sauvage, plusieurs options : terminer votre nourriture avant d’aller vous coucher, ou la mettre dans un sachet et l’accrocher en hauteur, ou la ranger dans une glacière ou quelque chose d’étanche et la cacher dans la voiture / top case de la moto. Il n’est pas vraiment recommandé de placer un sandwich aux fortes odeurs directement sur le siège passager ou simplement dans le top case… Les ours ont de l’odorat et de la force, et n’auront pas peur d’attaquer votre bécane pour atteindre le fameux sandwich. Soyez judicieux !

Enfin un dernier conseil, pour pleinement profiter des parcs en Californie : levez-vous de bonne heure ! En fonction de la saison, cela vous permettra de ne pas mourir de chaud (bonjour la Valle de la Mort et Joshua Tree) mais cela vous permettra aussi de gagner un peu de calme.

Vous devriez aussi aimer

Aucun commentaire

    Laisser un commentaire